Une année très particulière vient de se dérouler et un avenir incertain se profile. La pandémie qui nous touche est source d’informations contradictoires. Plus je lis sur le virus, plus je trouve la controverse et plus je suis dans l’incertitude.

 

Mais ne faut-il pas supporter cette incertitude parce qu’elle contient en elle le danger et l’espoir !

 

Le danger de nous demander désormais si nous avons le droit d’agir, d’entreprendre telle ou telle action qui nous était habituelle passant dans la radicalité de son annulation pour se rassurer et fuir les ennuis qui attendraient. Qu’avons-nous fait de notre liberté ? Nous l’utilisions pour dire, entreprendre, et nous devenons timides et en attente d’avis scientifiques qui ne concordent pas.

 

Mais aussi un espoir, si nous regardions la difficulté comme une opportunité, la possibilité non pas de tout maîtriser mais d’accompagner le mouvement imprévisible de la vie.

 

N’est-il pas vrai que ceux qui ont peur de vivre leur vie ne feront que l’effleurer ? Le courage n’est pas l’absence de peur mais le maître de la peur. La peur est humaine, elle ne se fuit pas, elle se surmonte.

 

Notre passion d’éducation ne se crie pas, elle se prouve.

 

 

Martine SEGONNE-CASTAGNET